À l’occasion d’Octobre rose, le mois consacré à la lutte contre le cancer du sein, le Pôle Santé République se mobilise tout au long du mois pour sensibiliser la population à ce véritable fléau qui touche chaque année en France, 49 000 femmes. Au programme, de nombreux ateliers de soins de support : massage bien-être, socio-esthétique, nutrition, art-thérapie ou encore activité physique et adaptée.

 

Des soins de support pour soutenir et accompagner

7 Français sur 10 n’ont jamais entendu parler des soins oncologiques de support[1]. Pourtant, ces soins apportés aux patients sont essentiels pour une meilleure adhésion aux traitements et une meilleure qualité de vie. Face à cette forte méconnaissance, le Pôle Santé République a décidé de valoriser les soins de support en proposant à la population de participer à des ateliers. Une belle occasion de découvrir l’art-thérapie, par exemple ! « Cet atelier permet de se réapproprier un corps meurtri, de s’exprimer sur son corps pour mieux l’accepter, le faire accepter et le valoriser », explique l’un des sénologues du Pôle Santé République.

 

Tout au long du mois d’octobre, les visiteurs pourront aussi participer à des ateliers nutrition. Ce sera l’occasion de donner de nombreux conseils pour bien manger, des astuces diététiques pour une meilleure tolérance des traitements contre le cancer ou encore de faire le point sur les sucres. « Actuellement, il n’y a pas de recommandations qui interdisent aux patients atteints de cancer de manger du sucre, précise la diététicienne de l’établissement. Avec ces ateliers, on apprend aux patientes à choisir le bon aliment au bon moment en fonction de l’évolution des symptômes et des goûts. »

 

Les soins de socio-esthétique et bien-être seront également au rendez-vous. « Ce peut-être un modelage, un soin du visage ou des mains, une séance de maquillage… informe le sénologue. Les bienfaits de la socio-esthétique face aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie sont nombreux sur le plan physique et moral. Ils contribuent à l’amélioration de la vie, au bien-être du patient en lui permettant de mieux supporter les traitements ».

 

Plusieurs études le démontrent[2], bénéficier des soins oncologiques de support en plus des traitements a un réel impact sur la qualité de vie et l’état clinique des patients. Cependant, des progrès restent à faire puisque la possibilité d’accès à ces soins reste trop faible et beaucoup de patients ne sont pas informés de la possibilité d’en bénéficier.

 

La meilleure arme, c’est le dépistage !

Le cancer du sein est le plus fréquent et le plus meurtrier des cancers féminins avec 12 000 décès par an. Dans les trois quarts des cas, il se développe chez des femmes de plus de 50 ans. C’est pourquoi un dépistage gratuit de ce cancer par mammographie est proposé tous les deux ans à toutes les Françaises de 50 à 74 ans. Avec ce dépistage, l’espoir est d’augmenter le taux de guérison car les cancers de moins d’un centimètre repérés par le dépistage guérissent le plus souvent.

 

Retrouvez le programme complet des ateliers ici.

 

  1. Sondage ODOXA/AFSOS réalisé auprès d’un échantillon de 988 français interrogés par internet les 13 au 14 février 2018
  2. Etude Temel – Early palliative care for patients with metastatic non-small-cell lung cancer NEJM 19-08-2010